La Joconde, Léonard de Vinci, 1506

Leonardo j'en ai marre de poser, ça fait plus de deux ans que ça dure, deux ans, tu te rends compte! Si au moins tu me peignais moi, ton petit diable de Salaï, mais non, il faut que je pose pour devenir Madonna Lisa Del Giocondo. Tu n'as fait que deux ou trois croquis d'elle et depuis c'est moi, ton modèle, moi que tu tortures pour finir cette satanée toile. Il y a longtemps qu'il ne s'agit plus d'elle sur ce tableau, sinon tu l'aurais terminé, tu l'aurais légué à Francesco del Giocondo et il trônerait dans leur nouvelle villa.

         Tu veux y mettre quoi encore, dans cette toile? Ta mère peut-être? Mais oui, tiens, pourquoi pas, ton homme et ta mère ensembles réunis dans cette pauvre Lisa Del Giocondo qui n'a rien demandé. C'est pour cela, le voile sur mon visage? Ça te rappelle ta sainte mère venant d'accoucher de son petit génie de fils? Et ce sourire si serein, si épanoui de femme comblée. Mais il contient aussi un peu de ma malice, n'est-ce pas, amore? Et si tu mettais un peu de toi aussi, dans ce portrait? Oh oui ça me plait ça, toi et moi réunis dans ta plus plus belle œuvre. D'accord j'arrête de bouger. De parler. De penser, même. Ou juste un peu, tu sens là, à quoi je pense? Allez Leonardo, partons-nous détendre un peu, tu es si beau quand tu peints, ça me donne d'autres idées. Ensuite on pourrait tester ta machine à voler dans ces terres si belles que tu dessines là, derrière moi. Ou se cuisiner un gros morceau de viande rouge et saignante. J'ai faim, Leo, j'en ai assez de manquer d'argent parce que tu tiens absolument à rembourser nos dettes. Quittons Florence, partons comme des voleurs, regagnons Milan, tu finiras notre portrait là-bas!

         ... Leonardo, tu m'apprendras la technique du sfumato? Je rêve d'obtenir un jour cet effet vaporeux, mystérieux, qui enveloppe ton tableau. Tu te fais vieux, mais tu es de plus en plus génial. Un jour te me peindras, moi? Ouvertement moi? Tu pourrais me faire en Saint Jean-Baptiste par exemple? Dans un tableau où je n'aurai pas besoin de me couvrir pour cacher mon absence de seins? Oui? Et moi, tiens, pour me venger du temps que tu me fais passer assis et immobile, je ferai  une Lisa del Giocondo découverte, mon sfumato sera peut-être moins maîtrisé que le tien mais on verra les seins de ta Madonne, de beaux gros seins en forme de pomme. Ne ris pas Leonardo, prends-moi au sérieux de temps en temps! Ou non, mais accorde-moi une pause avec toi, dans tes bras.

Écrire commentaire

Commentaires : 0