Dans la tête de...

Chroniques

« De Sarkozy à Berlusconi en passant par Nabilla et le Pape, la Vaudoise trempe son bec dans les pensées intimes de ceux qui font l'actualité. Un exercice empathique et périlleux qu'elle réalise sur le fil chaque mardi dans Le Temps. C'est « la » rétrospective 2013 idéale.»


Fred Valet, le Matin, 7 décembre 2013

 


Que pensent celles et ceux dont parlent les journalistes ? Mélanie Chappuis est partie de cette interrogation pour se mettre dans la tête des personnalités ou des anonymes qui ont fait l'actualité en 2013. D'Obama à Nabila, d'un pape démissionnaire à un enfant syrien, de Frigide Barjot à Jean Ziegler, l'écrivaine romande opère une plongée dans les pensées de personnes rendues personnages. Que ressent une musulmane lorsqu'elle apprend que le Tessin a décidé d'interdire la burqa ? Quels sont les tiraillements du président américain après les attentats de Boston ? Comment l'intervention française au Mali influe-t-elle sur la virilité de François Hollande ? Comment Nicolas Sarkozy se justifie-t-il devant son épouse Carla Bruni lorsqu'on l'accuse d'avoir accepté de l'argent libyen pour financer sa campagne ? Que ressent un homosexuel parisien pendant les « manif pour tous » ? Ou une personne âgée à qui on refuse le droit de mettre fin à ses jours ? Plutôt qu'une approche journalistique, Mélanie Chappuis adopte une démarche littéraire afin de ressentir les tourments de ceux qui font l'actualité. Pour nous faire entendre ce qu'ils n'ont pas dit, elle se met à leur place, avec tendresse, humour, voire ironie. Une série de portraits inattendus et intimes dressés avec talent, qui nous offrent le regard d'une auteure sur l'année écoulée. La plupart de ces chroniques ont été publiées dans le quotidien suisse Le temps à partir de janvier 2013.

 

ISBN 978-2-88253-475-0 Editions Luce Wilquin collection Sméraldine

2013. 176 pages. Prix: CHF 26,50


« Tour à tour, chacun des personnages ainsi scannés passent d’une actualité brûlante à une humanité concrète, quasi banale dont les pensées deviennent alors si proches de celles de tous que le vernis dont ils se parent se fissure un peu, les rendant plus humains, plus fragiles. (...) Autant de dualité que Mélanie Chappuis met en avant avec brio. »


Jérôme Cayla, les Chroniques de Goliath, 1 avril 2014


 


Plus de critiques dans l'onglet "Presse"